CLub de l'Histoire de l'Anesthésie et de la Réanimation

Des effets physiologiques et therapeutiques des ethers

7° ISHA , Heraklion, 1-3 Octobre 2009

Chambert Henry (1823-1858)

Présentation rédigée par Hotton Jacques   mise en ligne : vendredi 28 janvier 2011


Aux dires de la plupart des collectionneurs initiés, le premier livre pratique français sur l’éthérisation, hormis la plaquette de Delabarre, serait celui de Ch. Sédillot en 1848.

Pourtant, à la même époque, le chirurgien français Henry CHAMBERT publia un traité remarquable détaillant toutes les propriétés et les modalités d’application des différents éthers.

Que savons-nous de Chambert ? Né à grisolles (Tarn et Garonne) le 14 Aout 1823, il mourut probablement à la fin de l’année 1858. Il fut élève de Sédillot et étudia très certainement à ses cotés . Puis il exerça comme chirurgien à Paris , au Val de Grace puis à l’Hôpital du « Rond Caillou ».Il y soutint le 22 juillet 1847 sa thèse de médecine sur les « effets physiologiques des différents éthers ».

Chambert Des effets physiologiques et thérapeutiques des éthersLe livre, édité en 1848, développement de sa thèse préalable, n’est pas juste une simple brochure. Il se présente comme un traité complet, détaillant en 260 pages toutes les caractéristiques de différents éthers, en particulier leurs propriétés anesthésiques, puis expose en détails les applications de l’éther sulfurique dans les domaines de la chirurgie, des pathologies médicales et de l’obstétrique. Il contient la description des diverses versions de l’inhalateur de Charrière. L’auteur consacre également un chapitre consacré aux accidents mortels de l’anesthésie.

Ce livre peut être daté plus précisément : il fut annoncé dans « La Gazette Médicale » le 19 fevrier 1848.

Le travail de Chambert fut reconnu par ses pairs ; il est mentionné par les grands auteurs comme Sédillot, Simonin, Figuier, Bouisson, Lallemand…Le livre de Chambert apparaît plutôt comme un traité théorique, point de vue d’un physicien, alors que le livre de Sédillot reste la référence pratique, écrit par un clinicien. Ainsi les deux ouvrages apparaissent complémentaires.
Pourtant cette contribution essentielle de Chambert au développement de l’anesthésie est souvent oubliée dans les bibliographies sur l’éthérisation, même en France, et nous semble insuffisamment connue, y compris auprès des amateurs d’histoire de l’anesthésie.

téléchargez le livre sur cette page