CLub de l'Histoire de l'Anesthésie et de la Réanimation

F.A. MESMER : le dernier magicien du 18° siècle

texte de la communication présentée lors de la 28ème réunion du Club, JEPU, Paris, Mars 2013

Hotton Jacques

Présentation rédigée par Hotton Jacques   mise en ligne : vendredi 27 juin 2014


MESMER Franz Anton(1734-1815) (fig 1)

fig 1
portrait de F.A. Mesmer

Médecin allemand, Mesmer est le fondateur du « magnétisme animal », qu’on en vint ainsi à appeler « mesmérisme ». Né à Iznang, il fait des études à l’université de Vienne, où il devient docteur en médecine en 1776. Un mariage tardif lui permet de s’introduire à la cour d’Autriche. Il a étudié la philosophie, la théologie et le droit, puis la médecine à Vienne où il est l’élève de Van Swieten .En 1774, il rencontre à Vienne le Père Hell, jésuite, qui guérit les malades au moyen d’aimants, ainsi que d’autres exorciseurs. En 1778, est expulsé de la faculté de médecine de Vienne pour "pratiques charlatanesques ». Il gagne alors Paris et y publie en février son premier "Mémoire sur la découverte du magnétisme » (fig 2).Il y séjourne entre les années 1778 et 1785, et , protégé par Marie-Antoinette, il ouvre un cabinet Place Vendôme.

fig 2 : le premier livre de Mesmer sur le magnetisme animal ; 1779

Paradoxe dans ce Siècle des Lumières et de la Raison…
Le contexte puritain de l’époque, effrayé de la proximité thérapeute/patient, redoute d’éventuels travers "sexuels" des mesmériens. A partir de 1784, premiers démêlés avec l’Académie des Sciences et la Société Royale de Médecine : Louis XVI nomme deux Commissions d’enquête chargées d’évaluer la rigueur scientifique du magnétisme animal,
le discrédit qui s’en suit signera la fin de l’âge d’or du mesmérisme.

Après le verdict des « commissions Mesmer » , il quitte la France en 1784 pour l’Angleterre. Ironie du sort, en 1785, il salue Bailly, rapporteur de la Commission, quand celui-ci monte sur l’échafaud. En 1793 s’installe à Frauenfeld en Suisse où il continue ses recherches. En 1799 il publie un deuxième mémoire sur ses découvertes
En 1813 il se retire sur les bords du lac de Constance et y meurt le 15 mars 1815.

Postulat du mesmérisme
Toutes les maladies proviennent d’une mauvaise répartition du fluide à l’intérieur du corps humain. Il suffit donc, grâce à un aimant, de drainer le fluide de façon adéquate afin de rééquilibrer la bipolarité humaine.
Mesmer abandonne rapidement l’aimant après avoir constaté qu’il obtient d’aussi bons résultats par le toucher manuel….
Il passe ainsi de la théorie du « magnétisme minéral » à celle du « magnétisme animal » .

Le baquet(fig 3)

fig 3 : le "baquet" de Mesmer

Le« baquet » permet de traiter plus de trente personnes à la fois. Les patients, reliés entre eux par des cordes, sont assis autour d’une caisse circulaire en bois de chêne dont le couvercle est percé de trous et de laquelle sortent des tiges en métal qui peuvent être en contact avec différentes parties malades du corps. Au fond de la caisse, sur une couche de verre pilé et de limaille de fer, reposent des bouteilles remplies d’eau et rangées symétriquement, certaines pointant vers le centre, d’autres vers la périphérie

Rapport de la Commission Royale (fig 4)

fig 4

« Au milieu de cette foule agitée, Mesmer, vêtu d’un habit de soie lilas se promène dans la salle capitonnée et magnétise avec le concours d’assistants qu’il choisissait toujours "jeunes et beaux", les "valets toucheurs" qui travaillaient avec lui (sous ses ordres) à la prise en charge de ses patients. Une ambiance musicale (piano) crée l’atmosphère.

Ce sont toujours les hommes qui magnétisent les femmes. La plupart des femmes qui vont au magnétisme ne sont pas malades, y vont par oisiveté, d’autres ont quelques incommodités, n’en conservent pas moins leur fraîcheur et leur force et leur jeunesse..La main est appliquée sur les hypocondres et quelques fois plus bas sur les ovaires, il passe la main droite derrière le corps de la femme. L’un et l’autre se penchent pour favoriser ce double attouchement. La proximité devient plus grande, le visage touche le visage, les haleines se respirent, il n’est pas extraordinaire que les sens s’allument, le visage s’enflamme par degrés, l’œil devient ardent..

C’est le signal par lequel la nature annonce le désir, les paupières deviennent humides, la respiration est courte, entrecoupée, la poitrine s’élève et s’abaisse rapidement. les convulsions s’établissent le souvenir n’en est pas désagréable et les femmes n’ont pas de répugnance à le sentir à nouveau »

Lors de ces traitements collectifs se manifestent des phénomènes contagieux de « crises magnétiques » au cours desquelles les femmes de la meilleure société parisienne perdent leur contrôle, éclatent d’un rire « hystérique », se pâment, sont prises de convulsions…
Que Mesmer considère comme thérapeutiques : le fluide, renforcé par les passes magnétiques, surmonte l’obstacle qui s’opposait à sa circulation dans le corps du malade.

En cas de convulsions violentes (ou d’envie aigue..), les patient(e)s sont emmenés dans une chambre matelassée appelée « chambre des crises »…
L’âge d’or
L’un des quatre baquets de Mesmer est réservé aux pauvres mais les places aux trois autres doivent être réservées longtemps à l’avance et lui rapportent gros.
Mesmer ouvre même une souscription permettant d’acheter le « secret de Mesmer ». Pour cela, il crée la Société de l’Harmonie Universelle, qui se révèle être un énorme succès financier.
En 1789 l’organisation mère de Paris compte quatre cent trente membres et a ouvert des succursales à Strasbourg, Lyon, Bordeaux, Montpellier, Bayonne, Nantes, Grenoble, Dijon, Marseille, Castres, Douai et Nîmes
Puis la chute
Il est mis en accusation par la commission royale (dont Guillotin, Lavoisier, Franklin, Jussieu..). Les membres de cette commission condamnèrent le magnétisme animal : ils conclurent à l’inexistence du fluide et attribuèrent ses effets « à l‘imagination » des patientes.
Suspecté de pratiques douteuses, puis discrédité, il se retire à Constance, où il décède en 1813

Ce qu’il en reste..
A son époque : Lafayette, Cdt de la Garde Nationale, dit « Général Morphée », qui avait dormi durant la prise de Versailles (1789) et durant la fuite du Roi à Varennes (1791), était aller vanter le Mesmérisme à G. Washington, lui-même très septique sur cette thaumaturgie
…..Restait l’ouverture vers la « narcose spirituelle » et le rôle du thérapeute : c’est l’aube de la psychiatrie du 19° :« soulager les maladies du corps et de l’âme ».Une transition vers les écoles hypnologiques modernes : travaux de Liébault et Bernheim à Nancy qui s’intéressaient encore au magnétisme. Puis l’avènement des théories de Charcot sur la psychopathologie à La Salpêtrière, années 1870 et de l’autosuggestion par Emile Coué à Nancy.
On est cependant loin des conceptions actuelles de l’hypnose, pourtant, encore aujourd’hui l’expression est restée : « you mesmerised me », « vous m’avez bluffé.. » (hypnotisé)
Quelques films et lectures fantastiques évoquent la thérapie comportementale avec séances de fluide magnétique collectif.
Il existe aussi un spectacle actuel :« Messmer le fascinateur » spectacle de transes et d’hypnose, à l’image de Kashpirovsky qui hypnotisait en Urss dans les années 1980 des salles entières, et même des patientes réceptives à leur domicile par le canal de Soviet TV !
.

Le mesmérisme en anesthésie
La méthode est souvent évoquée dans les articles sur l’histoire de l’anesthésie ;
Figuier : éthérisation,1850-1860 ; Cabanès, les mœurs médicales du passé,1949
Fulop-Miller, victoire sur la douleur,1940…etc..
Mais en fait, rarement clairement précisée : seules quelques observations furent publiées en détail (travail de M.L. Baur) :
Cloquet, 1929 mastectomie ; Ward , 1842, amputation. de cuisse ; Loysel, Cherbourg, 1845 ; Esdaile, Inde,1856 ; Broca, 1859…ainsi que Velpeau, Follin,Guillot .. Et Braid, promoteur célèbre de l’hypnose. ..
En 1837 Elliotson crée même le journal du mesmérisme,« the Zoist ».
Avec l’avènement de l’éther en 1847, cette pratique , incertaine et consommatrice de temps ( préparation par une sorte d’accoutumance préalable) devint rapidement obsolète.

Dans les expositions d’histoire de la médecine, des vitrines sont régulièrement consacrées aux ouvrages sur le mesmérisme, comme lors de [l’exposition du congrès ISHA 2013(Sydney) où étaient exposés plusieurs livres français rares de Mesmer, Baron du Potet, Deleuze..(fig 5).

fig 5

• Wikipédia très complet
• quelques articles dans les ouvrages d’histoire de l’anesthésie :
• M.L. Baur, recherches sur l’histoire de l’anesthésie avant 1846, Brill, Leiden, 1927 (lien ci-dessus)
• Nombreux articles sur internet : « magnétisme, charlatanisme, salons parisiens.. »
• Bibliographie francophone des ouvrages et articles relatifs à l’électricité et au magnétisme publiés avant 1820.Volume de 152 pages, année 2000. En ligne sur le site du Cnam.