CLub de l'Histoire de l'Anesthésie et de la Réanimation

reanimation

Ventilation artificielle : Hunter

Premiers secours

jeudi 9 avril 2015

John Hunter (1728-1793) chirurgien anglais, grand anatomopathologiste, rédige des recommandations pour la réanimation des noyés avec respiration artificielle et oxygène - il crée un double soufflet avec valve de surpression.

Description par Hunter de son soufflet :

J’imaginai un soufflet double dont les deux moitiés avaient chacune deux ouvertures, mais fonctionnaient en sens inverse l’une de l’autre. Deux de ces ouvertures étaient renfermées dans le tuyau du soufflet, et les deux autres étaient situées sur ses faces. La cavité inférieure avait sa soupape placée exactement comme celle des soufflets ordinaires, mais elle avait en outre une soupape qui était située au niveau du tuyau, et qui s’opposait à l’introduction de l’air par cet orifice‘. La cavité supérieure avait une soupape placée à l’ouverture logée dans le tuyau, et disposée de manière à laisser entrer l’air et à s’opposer à sa sortie ; enfin, l’ouverture de la face supérieure du soufflet était munie d’une soupape qui laissait sortir l’air et l’empêchait d’entrer. En vertu de cette disposition, quand on dilatait le soufflet, la chambre supérieure n’aspirait l’air que par le tuyau, et en même temps la chambre inférieure ne l’aspirait que par l’ouverture de la face inférieure du soufflet ; et quand on rapprochait les deux faces du soufflet, c’est-à-dire, quand on en chassait l’air, l’air qui avait pénétré par le tuyau s’échappait par l’ouverture de la face supérieure, et celui qui s’était introduit par l’ouverture de la face inférieure sortait par le tuyau. Par ce moyen, en fixant le tuyau du soufflet dans la trachée, je pouvais retirer l’air qui était contenu dans les poumons et l’aspirer dans la chambre supérieure de l’instrument, en même temps que je faisais entrer de l’air nouveau dans la chambre inférieure ; puis, quand j’expulsais l’air de ces deux cavités, l’air pur de la chambre inférieure passait dans les poumons, et l’air qui venait d’être aspiré des poumons dans la chambre supérieure était chassé au dehors. L’action de ce soufflet, quoique double, présente exactement la même simplicité que la respiration elle-même, et cet instrument me paraît supérieur à tous ceux qu’on a inventés depuis dans le même but.

Hunter John (1728-1793)
Voir en ligne biographie Hunter John

Hunter J. Proposals for the recovery of people apparently drowned . Phil. Trans. Royal Society - 1776 ; 66 : 412-3.

Moore W. John Hunter surgeon and resuscitation. Resuscitation 2005 ; 66 : 3-6.