CLub de l'Histoire de l'Anesthésie et de la Réanimation

  • Articles scientifiques

  • Anesthesias Administered in the Hospitals of the State of New Jersey : A Survey.
  • LE MÉDECIN SPÉCIALISÉ EN ANESTHÉSIE (1942)
  • Fracture of the neck of the femur treated with a Smith Petersen nail
  • Place des ’préservatifs’ dans les épidémies
  • Apport de la deuxième guerre mondiale pour la transfusion sanguine
  • John Snow (1813-1858) premier médecin anesthésiste mondial.
  • L’Hémospasie : Une technique d’anesthésie générale insolite
  • Latta aux prémices de la réanimation
  • Les débuts de l’anesthésie au Québec (1608-1955)
  • Indications étonnantes de l’utilisation du chloroforme
  • Peter Safar - Histoire de la Réanimation Cardio Pulmonaire (RCP)
  • L’anesthésie anglaise dans une thèse française
  • Histoire de l’oxygéno thérapie inhalatoire jusqu’en 1940
  • Frolics Parties, histoire de l’usage récréatif du protoxyde d’azote
  • COVID 19 : la CPAP BOUSSIGNAC ® à l’honneur
  • Evolution des IADE 1945-2018
  • 20 ans de livres anciens d’anesthésie
  • Discussion session Sfar/Char du 20 septembre 2019
  • Les 20 ans du Club de l’histoire de l’anesthésie et de la réanimation
  • L’avenir de l’anesthésie française
  • Les progrès de la sécurité en anesthésie
  • Evolution des techniques de l’anesthésie générale de 1960 à nos jours.
  • Anesthésie Vétérinaire
  • Amygdales
  • Réanimation des noyés. Les clystères à fumée de tabac.
  • Histoire de la découverte de la circulation sanguine
  • La syncope de Champollion
  • Histoire des congrès de la SFAR
  • Paul Janssen et le R875
  • Un Samu à la montagne
  • Charles-Gabriel Pravaz (1781-1853), inventeur de la seringue ?
  • De Toulouse à Rennes
  • People et anesthésie
  • Le stéthoscope de Laennec
  • Appareil Narko - H. Braun
  • Profession : anesthésiste
  • Expériences de mort imminente
  • Origine des transplantations d’organes : la greffe rénale.
  • Lavoisier et Laplace : leurs héritages pour l’anesthésiologie
  • Histoire de l’hôpital cardiologique de Bordeaux
  • L’anesthésie locale par réfrigération
  • Le syndrome post-traumatique
  • Le service de réanimation de l’hôpital Claude Bernard en 1960
  • 1906 : une commission pour honorer Horace WELLS
  • Le cyclopropane : une aventure explosive et bénéfique ?
  • Le rôle déterminant des médecins dans la création de la médecine aéronautique pendant la grande guerre
  • La recherche fondamentale en anesthésie.
  • L’anesthésie-réanimation-transfusion pendant la première guerre mondiale
  • Histoire de la curarisation
  • Ils se sont opérés eux-mêmes sous anesthésie régionale.
  • 60 années d’anesthésie en Belgique
  • Le SMUR : à « l’Est » également ...
  • Chemical warfare agents
  • Les armes chimiques
  • La contribution de Victor Pauchet à l’anesthésie locorégionale : Pauchet, Sourdat, Labat et les autres
  • F.A. MESMER : le dernier magicien du 18° siècle
  • Philip Raikes Bromage : 1920 - 2013
  • Livret des résumés des communications de la 29éme réunion scientifique du Char
  • L’anesthésie réanimation française en 1950 et en 1958
  • Médecine monastique
  • le R.P.R
  • Enfantement du paléolithique à nos jours
  • Premières anesthésies dans le monde
  • Hypnotisme et le Dr Knowles
  • Raimu dernière victime du chloroforme ?
  • Ces auteurs qui n’ont jamais existé : Student, N. Bourbaki et la figure emblématique de la référence erronée, O. Uplavici
  • Des effets physiologiques et therapeutiques des ethers
  • Les pionniers de la médecine routière
  • Les grandes épidémies
  • L ??analgésie hypnotique à travers l ??histoire médicale
  • La vie de Joseph Thomas Clover (1825-1882)
  • Appareils et méthodes d’anesthésie de J T Clover (1825-1882)
  • Les méthodes asiatiques ancestrales de réanimation sont elles efficaces ?
  • Pratique de l’anesthésie réanimation au cours de la bataille de Dien-Bien-Phu
  • Traité de la Saignée
  • Méthodes non médicamenteuses d’analgésie et d’anesthésie citées dans le Corpus d’Hippocrate
  • Les premières anesthésies en Poitou-Charente
  • La Société Française d’Anesthésiologie d’hier à aujourd’hui
  • Histoire de l’anesthésie pédiatrique à Paris
  • Evolution de la réanimation au cours des conflits armés
  • Evolution du Transport sanitaire d’urgence au cours des conflits armés
  • Alcool et médications dans l’antiquité
  • Découverte de l’antisepsie et de l’asepsie chirurgicale
  • Evolution de l’anesthésie au cours des conflits armés
  • Gamma OH : naissance, intérêt, déclin (?).
  • Les dangers de l’anesthésie par éther et chloroforme
  • Histoire de l’hyperthermie maligne de l’anesthésie
  • Histoire de l ??autotransfusion
  • Histoire des Infirmiers anesthésistes
  • Hôtel-Dieu de Poitiers - Protocoles d’Anesthésie - 1936 - 1940
  • Histoire des injections intra-veineuses
  • La Peste à Lyon en 1628/1629
  • Réanimation pédiatrique
  • Méthodes d’analgésie décrites par Pline l’Ancien
  • L ??oxygène
  • Histoire des premières recommandations de la Société Française d’Anesthésie et de Réanimation
  • Raphael Dubois et sa machine à anesthésier
  • Règles pour l’anesthésie selon Baudens
  • Sicard Cathelin et l’Anesthésie Péridurale
  • Une aventure éditoriale singulière : Agressologie
  • Voies ectopiques d’admission de différents agents d’anesthésie
  • D’Hippocrate à Maimonide, l’humanisme médical et la déontologie
  • Contribution de Claude Bernard à l’Anesthésie
  • Poids et mesures qui sont d’usage en médecine
  • Liberté des voies aériennes supérieures (1re partie)
  • Naissance de l’anesthésie à Bordeaux
  • à propos de 80 anesthésies par inhalation d’éther
  • La noyade (extrait de La médecine des accidents)
  • Mort apparente due au chloroforme et choc électrique
  • Cyprien Oré : Découverte de l’anesthésie intraveineuse
  • L’Anesthésie rachidienne a cent ans
  • nouveau LAROUSSE MEDICAL illustré
  • Moyen pour éviter la confusion des médicaments
  • Première mesure de la pression veineuse périphérique par voie sanglante
  • Une année d’anesthésie lombaire à la novocaïne en 1910
  • Anesthésie pédiatrique - Chirugie Infantile
  • Aspects actuels de l’anesthésiologie .
  • Premier congrès national d’anesthésie (Livret)
  • Deuxième congrès national d’anesthésie (Livret)
  • Troisième congrés national d’anesthésie (Livret)
  • Aperçus sur le développement de l’anesthésie chirurgicale à l’Assitance publique de Paris (1846-1965)
  • Les Aphorismes d’Hippocrate
  • Le choix de l’anesthésie au cours de la première guerre mondiale
  • Seishu Hanakoa (1760  ?? 1835)
  • Vie et mort d ??Horace Wells
  • Arrivée de l’Ether en France, de Boston à la communication de Malgaigne..
  • L’histoire du mot « curare » : du mythe (Raleigh) à la réalité (Gumilla et La Condamine)
  • Le Pulmoventilateur du Pr. Charles Hederer.
  • La Transfusion sanguine pendant la Grande Guerre
  • Henri Laborit - un littéraire rebelle converti à la science.
  • Histoire et évolution de l’anesthésie pédiatrique


  • Articles connexes

  • Bulletin de l’Académie de Médecine 1848 (extraits sur anesthésie et réanimation)

    Comptes-rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des Sciences (extraits) 1848

    Oxygène : Scheele

    Oxygène : Priestley

    Oxydation : Lavoisier

    L ??oxygène

    Cousin Marie Thérèse

      mise en ligne : lundi 24 mars 2008




    I ? ?? Découverte

    La découverte de l’oxygène est l’aboutissement de la chimie pneumatique qui occupa les chimistes de la deuxième moitié du XVIIe siècle. Elle avait été facilitée par un instrument, la cuve pneumatique à eau puis à mercure surmontée d’une cloche dans laquelle on recueillait des gaz pour les analyser et dans laquelle également on examinait la survie des plantes et des petits animaux et l’entretien de la flamme d’une bougie.
    Un autre préalable fut la théorie du phlogistique ou matière du feu de Stahl qui s’échappait des corps en combustion. Théorie qui domina tout le XVIIIe siècle et que Lavoisier inversa en quelque sorte en conférant à l’oxygène de l’atmosphère le rôle de comburant.
    Trois savants découvrirent presque simultanément l’oxygène et par la même méthode, c’est-à-dire par le chauffage de l’oxyde de mercure :

    Oxyde de Mercure + chauffage ? ? O2 + Mercure

    - Scheel, en Suède, à partir de 1771-1772. Il lui donna le nom de « air du feu ».
    - Priestley, en Angleterre, en 1774. Il lui donna le nom d’air déphlogistiqué après l’avoir appelé air vital, air respirable.
    - et Lavoisier en 1775.
    Ce dernier reprit les expériences des deux précédents, trouva les même résultats mais graduellement se dégagea de la théorie du phlogistique et comprit que cet air éminemment respirable, qui entretenait la flamme des bougies et la vie des animaux, était le même qui oxydait les métaux, oxydait les métalloïdes et les transformait en acides. Il lui donna donc quelques années plus tard le nom d’oxygin, qu’on modifia par la suite en oxygène. Il démontra que la même réaction chimique impliquée dans la combustion du carbone, qui dégageait de l’acide carbonique et produisait de la chaleur était à la base de la respiration, consommant de l’oxygène, dégageant du gaz carbonique et produisant la chaleur animale.

    II ? ?? Applications en anesthésie et réanimation

    En 1785, le médecin François Chaussier proposa de ranimer les nouveau-nés en état de mort apparente avec cet air vital et il l’administra également à un phtysique en fin de vie. Il ne semble pas que sa méthode fût alors entrée dans la routine. L’oxygénothérapie fut plus tard proposée dans le croup.
    A l’avènement de l’anesthésie en 1847, plusieurs physiologistes et chimistes (Despretz, Lassaigne, Doyère, Jackson  , Duroy) recommandèrent l’oxygène pour rétablir sa proportion normale dans le mélange inhalé appauvri en oxygène par le volume d’éther et aussi pour lutter contre les accidents asphyxiques. Ils ne furent guère suivis par les chirurgiens qui craignaient un effet antagoniste de l’oxygène sur l’anesthésie et surtout trouvaient les ballons trop encombrants.
    Le protoxyde d’azote, qui n’est réellement anesthésique que s’il est donné à 100%, faisait courir un danger mortel d’anoxie. Paul Bert   démontra l’intérêt de l’oxygène aussi bien en anesthésie normobarique qu’hyperbarique (1878-1883). A partir de ce moment, à l’étranger, on mit au point des appareils comportant des obus d’oxygène, d’abord pour le protoxyde d’azote puis pour les anesthésiques volatils. Une proportion suffisante d’oxygène supérieure à 20% ne fut admise que tardivement.
    En réanimation, dans les bronchopneumonies des petits enfants, il y eut successivement à partir des années trente, des ballons d’oxygène, puis des tentes, puis des masques. Les couveuses furent alimentées en oxygène. L’oxygénothérapie hyperbare s’imposa dés les années cinquante pour le traitement des comas oxycarbonés, des embolies gazeuses et des gangrènes gazeuses.
    La toxicité de l’oxygène, redoutée par les praticiens de 1847 fut démontrée dans la fibroplasie rétrolentale des prématurés.
    La mesure de la pression partielle d’oxygène dans les milieux biologiques avec l’électrode de Clark et celle de la saturation de l’hémoglobine sont entrées dans la pratique médicale à partir des années soixante.