CLub de l'Histoire de l'Anesthésie et de la Réanimation

  • Articles scientifiques

  • L’Hémospasie : Une technique d’anesthésie générale insolite
  • Latta aux prémices de la réanimation
  • Les débuts de l’anesthésie au Québec (1608-1955)
  • Indications étonnantes de l’utilisation du chloroforme
  • Peter Safar - Histoire de la Réanimation Cardio Pulmonaire (RCP)
  • L’anesthésie anglaise dans une thèse française
  • Histoire de l’oxygéno thérapie inhalatoire jusqu’en 1940
  • Frolics Parties, histoire de l’usage récréatif du protoxyde d’azote
  • COVID 19 : la CPAP BOUSSIGNAC ® à l’honneur
  • Evolution des IADE 1945-2018
  • 20 ans de livres anciens d’anesthésie
  • Discussion session Sfar/Char du 20 septembre 2019
  • Les 20 ans du Club de l’histoire de l’anesthésie et de la réanimation
  • L’avenir de l’anesthésie française
  • Les progrès de la sécurité en anesthésie
  • Evolution des techniques de l’anesthésie générale de 1960 à nos jours.
  • Anesthésie Vétérinaire
  • Amygdales
  • Réanimation des noyés. Les clystères à fumée de tabac.
  • Histoire de la découverte de la circulation sanguine
  • La syncope de Champollion
  • Histoire des congrès de la SFAR
  • Paul Janssen et le R875
  • Un Samu à la montagne
  • Charles-Gabriel Pravaz (1781-1853), inventeur de la seringue ?
  • De Toulouse à Rennes
  • People et anesthésie
  • Le stéthoscope de Laennec
  • Appareil Narko - H. Braun
  • Profession : anesthésiste
  • Expériences de mort imminente
  • Origine des transplantations d’organes : la greffe rénale.
  • Lavoisier et Laplace : leurs héritages pour l’anesthésiologie
  • Histoire de l’hôpital cardiologique de Bordeaux
  • L’anesthésie locale par réfrigération
  • Le syndrome post-traumatique
  • Le service de réanimation de l’hôpital Claude Bernard en 1960
  • 1906 : une commission pour honorer Horace WELLS
  • Le cyclopropane : une aventure explosive et bénéfique ?
  • Le rôle déterminant des médecins dans la création de la médecine aéronautique pendant la grande guerre
  • La recherche fondamentale en anesthésie.
  • L’anesthésie-réanimation-transfusion pendant la première guerre mondiale
  • Histoire de la curarisation
  • Ils se sont opérés eux-mêmes sous anesthésie régionale.
  • 60 années d’anesthésie en Belgique
  • Le SMUR : à « l’Est » également ...
  • Chemical warfare agents
  • Les armes chimiques
  • La contribution de Victor Pauchet à l’anesthésie locorégionale : Pauchet, Sourdat, Labat et les autres
  • F.A. MESMER : le dernier magicien du 18° siècle
  • Philip Raikes Bromage : 1920 - 2013
  • Livret des résumés des communications de la 29éme réunion scientifique du Char
  • L’anesthésie réanimation française en 1950 et en 1958
  • Médecine monastique
  • le R.P.R
  • Enfantement du paléolithique à nos jours
  • Premières anesthésies dans le monde
  • Hypnotisme et le Dr Knowles
  • Raimu dernière victime du chloroforme ?
  • Ces auteurs qui n’ont jamais existé : Student, N. Bourbaki et la figure emblématique de la référence erronée, O. Uplavici
  • Des effets physiologiques et therapeutiques des ethers
  • Les pionniers de la médecine routière
  • Les grandes épidémies
  • L ??analgésie hypnotique à travers l ??histoire médicale
  • La vie de Joseph Thomas Clover (1825-1882)
  • Appareils et méthodes d’anesthésie de J T Clover (1825-1882)
  • Les méthodes asiatiques ancestrales de réanimation sont elles efficaces ?
  • Pratique de l’anesthésie réanimation au cours de la bataille de Dien-Bien-Phu
  • Traité de la Saignée
  • Méthodes non médicamenteuses d’analgésie et d’anesthésie citées dans le Corpus d’Hippocrate
  • Les premières anesthésies en Poitou-Charente
  • La Société Française d’Anesthésiologie d’hier à aujourd’hui
  • Histoire de l’anesthésie pédiatrique à Paris
  • Evolution de la réanimation au cours des conflits armés
  • Evolution du Transport sanitaire d’urgence au cours des conflits armés
  • Alcool et médications dans l’antiquité
  • Découverte de l’antisepsie et de l’asepsie chirurgicale
  • Evolution de l’anesthésie au cours des conflits armés
  • Gamma OH : naissance, intérêt, déclin (?).
  • Les dangers de l’anesthésie par éther et chloroforme
  • Histoire de l’hyperthermie maligne de l’anesthésie
  • Histoire de l ??autotransfusion
  • Histoire des Infirmiers anesthésistes
  • Hôtel-Dieu de Poitiers - Protocoles d’Anesthésie - 1936 - 1940
  • Histoire des injections intra-veineuses
  • La Peste à Lyon en 1628/1629
  • Réanimation pédiatrique
  • Méthodes d’analgésie décrites par Pline l’Ancien
  • L ??oxygène
  • Histoire des premières recommandations de la Société Française d ??Anesthésie et de Réanimation
  • Raphael Dubois et sa machine à anesthésier
  • Règles pour l’anesthésie selon Baudens
  • Sicard Cathelin et l’Anesthésie Péridurale
  • Une aventure éditoriale singulière : Agressologie
  • Voies ectopiques d’admission de différents agents d’anesthésie
  • D ??Hippocrate à Maïmonide, l ??humanisme médical et la déontologie
  • Contribution de Claude Bernard à l’Anesthésie
  • Poids et mesures qui sont d’usage en médecine
  • Liberté des voies aériennes supérieures (1re partie)
  • Naissance de l’anesthésie à Bordeaux
  • à propos de 80 anesthésies par inhalation d’éther
  • La noyade (extrait de La médecine des accidents)
  • Mort apparente due au chloroforme et choc électrique
  • Cyprien Oré : Découverte de l’anesthésie intraveineuse
  • L’Anesthésie rachidienne a cent ans
  • nouveau LAROUSSE MEDICAL illustré
  • Moyen pour éviter la confusion des médicaments
  • Première mesure de la pression veineuse périphérique par voie sanglante
  • Une année d’anesthésie lombaire à la novocaïne en 1910
  • Anesthésie pédiatrique - Chirugie Infantile
  • Aspects actuels de l’anesthésiologie .
  • Premier congrès national d’anesthésie (Livret)
  • Deuxième congrès national d’anesthésie (Livret)
  • Troisième congrés national d’anesthésie (Livret)
  • Aperçus sur le développement de l’anesthésie chirurgicale à l’Assitance publique de Paris (1846-1965)
  • Les Aphorismes d’Hippocrate
  • Le choix de l’anesthésie au cours de la première guerre mondiale
  • Seishu Hanakoa (1760  ?? 1835)
  • Vie et mort d ??Horace Wells
  • Arrivée de l’Ether en France, de Boston à la communication de Malgaigne..
  • L’histoire du mot « curare » : du mythe (Raleigh) à la réalité (Gumilla et La Condamine)
  • Le Pulmoventilateur du Pr. Charles Hederer.
  • La Transfusion sanguine pendant la Grande Guerre
  • Henri Laborit - un littéraire rebelle converti à la science.
  • Histoire et évolution de l’anesthésie pédiatrique


  • Articles connexes

  • Les Aphorismes d’Hippocrate

    Déontologie

    D ??Hippocrate à Maïmonide, l ??humanisme médical et la déontologie

    Le secret médical : d’Hippocrate au Conseil d’ ?tat

    Potion appelée Nepenthe : Asclepios

    Méthodes non médicamenteuses d’analgésie et d’anesthésie citées dans le Corpus d’Hippocrate

    Juvin Philippe

      mise en ligne : samedi 19 avril 2008




    Les traités attribués à Hippocrate   sont les plus anciens textes médicaux conservés des civilisations occidentales. Dans l? ??ensemble du Corpus Hippocratique qui comporte une soixantaine d? ??? ?uvres dans l? ??édition de Littré, les plantes médicinales analgésiques ou sédatives (mandragore, pavot, morelle) ne sont que rarement citées (moins de soixante fois dans tout le Corpus). Elles ne sont même jamais citées dans les deux plus grands traités chirurgicaux du Corpus : ? ??? ??De articulis? ??? ?? (Artic) (Des articulations) et ? ??? ??De fracturis? ??? ?? (Fract) (Des fractures). Or il est difficile d? ??imaginer la mise en oeuvre de techniques chirurgicales décrites dans ces livres sans aucune analgésie. Le but de ce travail était de d? ??analyser les moyens d? ??analgésie périopératoires proposés dans ? ??? ??Des fractures? ??? ??, ? ??? ??Des articulations? ??? ?? et dans les ? ??? ??Aphorismes? ??? ?? (Aph) qui est une sorte de compilation des réflexions hippocratiques.

    Dans ce travail, les trois livres (Art, Fract et Aph) ont été analysés de façon exhaustive à partir de l? ??édition de Littré. Les références données sont celles de cette édition.

    Dans ces trois livres, Hippocrate   rapporte l’utilisation de préparations médicinales. Mais celles-ci ne semblent pas avoir été utilisées comme analgésiques. L’hellébore et l’oxyglyky (Fract III, 546), données avant réduction des fractures, visaient probablement plus à prévenir la gangrène que la douleur. Des ? ??’atténuants’’, sans plus de précision, sont conseillés pour la réduction des luxations (Art IV 81). Mais ils ne sont administrés qu’après la réduction, et ne correspondent donc pas à une technique d’anesthésie pour faciliter le geste chirurgical. Aucune substance n’est donc explicitement décrite comme anesthésique ou analgésique dans ces deux manuels de chirurgie. En fait, d’autres moyens, physiques, sont décrits dont l’auteur attendait peut être un effet analgésique.

    L’affirmation que ? ??’de deux douleurs, la plus forte obscurcit l’autre’’, (Aph, 2e section, 46) suggère que pouvait être employée une technique de stimulation douloureuse à distance du site opératoire, dans le but de diminuer l’intensité de la douleur causée par le geste thérapeutique. Mais ce sont les modifications de température qui semblent avoir été les plus utilisées. La chaleur en particulier. Ainsi : ? ??’Elle (la chaleur) (? ??) amortit les douleurs, calme (? ??) les malaises. (? ??) Elle est particulièrement utile dans les fractures des os, surtout quand ils sont dénudés (c’est-à-dire ouverte, NDA)’’ (Aph, 5e section, 541). De la même manière, du vin, de l’huile ou du cérat sont appliqués sur les luxations ouvertes de l’articulation tibio-tarsienne, à la condition qu’ils soient ? ??’tièdes’’, ? ??’car le froid provoque des malaises’’ (Art IV, 271). A l’inverse, en cas de fracture fermée, c’est le froid qui est choisi comme technique analgésique. ? ??’ Les gonflements et les douleurs sans plaie dans les articulations, les ruptures (fractures ?) sont généralement soulagés par d’abondantes affusions d’eau froide qui diminuent la tuméfaction et amortissent la douleur ; un engourdissement modéré a la propriété de dissiper la douleur’’ (Aph, 5e section, 543). Ainsi, à part une exception (la réduction des malformations du rachis qui se faisait après bains d’étuve, Art IV, 205), le froid semble avoir été utilisé pour calmer les douleurs des lésions fermées, et la chaleur celles des lésions ouvertes.

    Ainsi, alors que la chirurgie, que l’on qualifierait aujourd’hui de traumatologique, occupe une grande place dans le Corpus Hippocratique, les plantes aux vertus analgésiques y sont rarement citées. Pourtant Hippocrate   ne méconnaissait pas la douleur peropératoire : ? ??’réduire l’os luxé expose bien à quelques dangers de malaise, si le traitement n’est pas habile’’ (Art IV 279). Nous avons montré que l’analgésie périopératoire était probablement recherchée par des stimulations nociceptives, le froid ou la chaleur. Celle-ci était-elle efficace ? Nous n’en avons aucune preuve. En fait, des gestes chirurgicaux très rapides et peut être une perception de la douleur différente de notre perception moderne ont pu aussi contrebalancer en partie l’insuffisance de cette analgésie.